Kévin Lenglé - 19 mars 2019

Votre infrastructure de câblage limite-t-elle votre productivité ?

Une demande croissante de bande passante dans les réseaux locaux

Les communications numériques sont en pleine expansion, et occupent un rôle de plus en plus important. Cette révolution des modes de communications influe directement sur les infrastructures qui les supportent. Afin d’assurer cette expansion, et tout problème de congestion, les réseaux doivent être toujours plus performants. 

Les directions des systèmes d’information font face à une demande croissante de bande passante dans les réseaux locaux. Un nombre croissant d’applications nécessitent une bande passante considérable pour assurer le transfert et la diffusion continue de gros volumes de données, de fichiers audios ou vidéos. Les évolutions du monde de l’informatique contribuent à l’augmentation du trafic sur les réseaux, avec l’utilisation massive de la VoIP, des visio-conférences, des applications de collaboration en ligne, des applications temps réel, de la virtualisation, du cloud computing ou encore du stockage mutualisé.

Par ailleurs, beaucoup d’entreprises ont adopté le BYOD (Bring Your Own Device). La multiplication des terminaux mobiles et des objets connectés participe également à l’augmentation des besoins en bande passante. Le nombre de terminaux affecte souvent le réseau et complique la gestion de la bande passante.

Les applications gourmandes en bande passante et les types de trafic sensibles à la latence deviennent donc omniprésents dans le LAN. Il est donc nécessaire de pouvoir transporter ces flux de données avec une grande fiabilité et une qualité de service élevée.

Pour tout cela, la bonne combinaison de technologies peut améliorer l’expérience des utilisateurs et supporter la charge sur le réseau.

 

Des infrastructures de câblage vieillissante à la bande passante limitée

Dans les infrastructures de câblage des réseaux locaux, la majeure partie des liens sont constitués de fibres optiques multimodes. A l’échelle mondiale, environ 900 000 km de fibres multimodes sont déployés chaque année.

20190130 - graphique NA Multimode Fiber Volume by Type-1Volumes Fibre multimode par type

En fonction de leur longueur et de leur génération, la majorité des câbles multimodes ne supporte pas la demande de débit actuelle. On estime aujourd’hui à plus de 35% la proportion de liens fibrés multimodes limités à 1 Gb/s. Cette limitation de bande passante du câble optique est liée à un phénomène physique appelée dispersion modale. Pour résumer brièvement, la dispersion modale provoque une diminution de la distance atteignable, à un débit donné, supportée de manière fiable entre émetteur et récepteur.

 Escargot sur câble ethernet

Le tableau ci-dessous donne une vue globale des performances des fibres multimodes actuellement déployées (sources IEEE)

Tableau débit vs distance sur MMF

Tableau débit vs distance sur MMF

 Contrairement aux composants actifs de réseau où les upgrades peuvent être réalisés de manière relativement simple via un upgrade logiciel ou matériel, l’infrastructure de câblage optique a une enveloppe de performance finie qui ne peut être augmentée sans changer physiquement le câble qui transporte l’information.

FAUX !! Cette idée préconçue est désormais révolue.

Bouton d’augmentation de la capacité de toucher à la main

En effet, redéployer de la fibre n’est pas souvent chose facile, cela va dépendre des distances mises en jeu et des difficultés de tirage des fibres. Un audit de l’infrastructure de câblage est nécessaire afin de vérifier la disponibilité des fourreaux, ainsi que leur état. Selon les cas, du génie civil peut être requis pour déployer de nouveaux fourreaux. Pour toutes ces raisons, les coûts de redéploiement d’un nouveau câble peuvent être exorbitants et cette démarche peut entraîner une mise en œuvre complexe et un impact non négligeable sur l’activité. Une solution innovante permet désormais de conserver son infrastructure de câblage existante et de répondre à la demande croissante de bande passante sur son réseau. La solution passive AROONA permet d’augmenter la bande passante des fibres optiques multimodes en levant le verrou lié à la dispersion modale.

Vous voulez en savoir plus sur les raisons techniques qui limitent le déploiement du très haut débit sur des infrastructures existantes de fibres multimodes, sur la problématique de la dispersion modale et son impact sur les performances des fibres multimodes actuellement déployées, alors télécharger notre livre blanc sur ce sujet pour en découvrir davantage. 

 CTA-LB1-FR2-CB-def

Et n’oubliez pas, il est dorénavant possible de pérenniser votre infrastructure de câblage en transformant vos fibres multimodes en fibres monomodes pour pouvoir ainsi répondre à la demande croissante de bande passante dans vos réseaux. Venez vite découvrir la gamme AROONA

Par Kévin Lenglé

Kevin Lengle, who’s worked as a researcher at the CNRS (French National Research Center) and a telecom equipment manufacturer, holds a Master’s degree in Engineering from the National School of Applied Sciences and Technology and a Ph.D. in Physics. He’s been working at Cailabs as a Product Line Manager since 2015, bringing his expertise in optics and telecommunications to the development and commercialization of innovative optical solutions to fully harness the potential of multimode optical fibers.

Ingénieur de l’École Nationale Supérieure des Sciences Appliquées et de Technologie et docteur en physique, Kévin Lenglé a travaillé comme chercheur au CNRS et chez un équipementier télécoms. Responsable d’une ligne de produit au sein de la société rennaise Cailabs depuis 2015, il apporte son expertise en optique et en télécommunications au développement et à la commercialisation des solutions optiques innovantes permettant d’exploiter pleinement les potentiels des fibres optiques multimodes.